Une démarche responsable

Pour évaluer son impact social et sociétal, Frøja a entamé – comme près de 250 entreprises genevoises – le programme “Best For Geneva”. Des questions de durabilité, d’éthique et de bien-être au travail sont au coeur de ce projet qui se développe sur 3 ans.

Chez Frøja, des membres de l’équipe sont déjà très imprégnés des problématiques de développement durable, soit parce qu’il ont déjà lié ces questions à leur vie professionnelle, soit parce qu’ils ont grandi avec le sujet dans leur environnement familial.

Autant dire que cette démarche nous réjouit, elle correspond à nos aspirations !

La responsabilité sociale et le développement durable : compatibles avec la vie professionnelle ?

On peut dire qu’aujourd’hui nous sommes, pour la plupart, d’accord sur le principe d’une “urgence planétaire”(1). Mais c’est le consensus sur l’action concrète collective qui est la plus compliquée à trouver. Actuellement, il est clair que les décisions politiques doivent prendre en compte autant “la menace de la fin du monde” que “la crainte de la fin du mois” (2). Comme deux nécessités qui s’affrontent et qu’il faut réconcilier (3).

Dans le monde de l’entreprise, l’attention étant également de plus en plus portée sur les valeurs éthiques, l’équité et la traçabilité, l’engagement social et environnemental est un atout certain.

Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais ce que vous pouvez faire pour votre pays” 

 

Discours inaugural de J.-F. Kennedy

S’il fut un temps où nos autorités pouvaient dire cela et rencontrer une large approbation, cette époque est manifestement révolue. Il incombe donc aux personnes dirigeantes de donner des gages.

Comment traduire cela concrètement dans notre entreprise, marquée par nos expériences particulières ?

Best for Geneva – simple comme 1,2,3 dit le slogan

Notre plan d’action suivra ce schéma. Par thématique, trois “bonnes pratiques” ou gestes qui sont à notre portée. Nous les multiplierons ensuite trois par trois jusqu’à être éligibles à l’obtention du label.

Et découlant directement du constat posé plus haut, les trois pratiques choisies se distribueront en deux gestes pour l’employeur de sorte à rendre l’action individuelle la plus simple possible.

 

L’étude de cas: le recyclage chez Froja

Froja a récemment déménagé dans un immeuble qui a obtenu les labels Minergie (4) et BREEAM (5). La déchetterie du bâtiment possède des containers séparés pour le verre, le PET, l’aluminium/fer blanc, le carton et même le compost, à l’instar des points de collectes communaux. En interne, nous avons mis en place dans nos bureaux des bacs de collectes pour tous ces types de déchets. Voilà pour les deux gestes de l’entreprise à l’égard des personnes employées. A elles de choisir ensuite une seule ou plusieurs des actions de recyclage à disposition, listées et affichées.

De plus, toute une série d’habitudes, dans l’équipe, dont les ressorts premiers sont d’un autre ordre, correspondent également à une approche de développement durable.

Par exemple, l’utilisation d’initiatives locales de covoiturage. Ou le choix, parmi l’offre de restauration existante à proximité, de consommer des mets comportant une part maximale de produits GRTA (6), de proximité, et donc issus des circuits dits courts.

 

Zoom sur le circuit court

Frøja a participé à un atelier de réflexion organisée par sa nouvelle Commune d’accueil, Plan-les-Ouates. Appuyée par l’OPI, la Commune a initié un débat le 27 novembre 2018 sur l’économie de proximité et les bénéfices des échanges entre entreprises voisines.

Qu’est-ce qu’un circuit court? Quels sont ses bienfaits? Qu’attendent les entreprises d’une Commune aussi prospère que celle de Plan-les-Ouates sur le plan économique?

Proximité & Communauté : des bienfaits considérables

Les conséquences positives d’une telle économie sont nombreuses : les participants ont évoqué la rapidité, la disponibilité et donc le gain de temps généré par un tel circuit. La qualité du service ou du produit et la possibilité d’avantager les emplois de proximité ont également été mentionnés. Aussi, il a été noté que le développement durable est un élément qui peut être davantage travaillé dans ce type de circuit.

Toujours plus de communication !

Le deuxième axe de l’Atelier de réflexion a consisté à se pencher sur les attentes des entreprises présentes vis-à-vis de la Commune de Plan-les-Ouates. Toujours plus de communication ! C’est ce qui est ressorti des nombreuses idées suggérées par les participants. Communication par le biais :

  • d’événements (par exemple l’idée d’un Salon présentant les entreprises de PLO, l’organisation de conférences) ;
  • d’outils spécifiques : on a évoqué une radio, un chatbot, des plateformes en tous genre (covoiturage, bourse d’entreprises, sondage).
  • d’un nouveau label, qui mettrait en avant les entreprises locales apportant un soin particulier à l’environnement, au bien-être de ses employés, ou à l’emploi local.

 

Froja souhaite résolument s’insérer dans sa nouvelle commune de résidence en apportant sa contribution et son expertise dans le domaine!